Sélectionner une page

La Première Enquête de Maigret: une Dion-Bouton et une femme à la fenêtre

Ce roman est publié en février 1949. La couverture de l’édition originale illustre le début de l’intrigue: le flûtiste raconte au jeune secrétaire du commissaire qu’il a « aperçu une automobile en stationnement, une Dion-Bouton, dont le moteur tournait. » Un peu plus tard, une fenêtre de l’immeuble, devant lequel se trouvait la voiture, s’est ouverte et une femme est apparue, en appelant au secours. La première édition suédoise s’en inspire fortement.

On retrouve la voiture dans plusieurs éditions.

A la place de la Dion-Bouton, certaines éditions préfèrent présenter un fiacre, ou une autre image qui marque le côté « archaïque » de l’intrigue, tels des gendarmes à bicyclette.

D’autres éditions proposent une référence plus directe aux débuts de Maigret, en présentant l’image d’un rapport daté de 1913.

D’autres éditions encore font le choix de présenter des personnages de l’intrigue: Félicien Gendreau en chapeau claque, Lise en portrait ou à sa fenêtre, ou toute la famille Gendreau, y compris Louis le maître d’hôtel.

 

Mon ami Maigret: meurtre, peinture et bord de mer

Pour qui veut imager ce roman, publié en juin 1949, le titre assez vague oblige à quelques connaissances sur l’intrigue. L’édition originale mêle habilement une illustration du décor insulaire et le thème du faux en peinture. La première édition espagnole s’en inspire largement.

On retrouve le motif de l’île, ou quelque chose qui le rappelle, dans plusieurs éditions.

D’autres éditions nous montrent un bateau, qui doit évoquer celui de Marcellin.

D’autres éditions encore nous présentent un personnage de l’intrigue: Mrs Wilcox sur son yacht, le cadavre de Marcellin à côté de son bateau, Anna en paréo, ou les clients de l’Arche-de-Noé.

Enfin, mentionnons ces trois éditions, l’une évoquant Ginette montant l’escalier de l’Arche à son arrivée sur l’île, une autre illustrant le « farniente » de l’île avec des boules de pétanque, et encore une autre présentant une photo des touristes qui débarquent à Porquerolles.

 

Maigret chez le coroner: cowboys, cactus et cadavre de fille sur les rails

L’édition originale de ce roman, publié en octobre 1949, nous présente un raccourci plein d’humour du Far West: un cow-boy perdu au milieu des cactus, avec l’inévitable bouteille de whisky et la non moins nécessaire « bouteille bleue à dessoûler ».

On retrouve des cow-boys dans d’autres éditions, dont une néerlandaise qui n’est pas non plus dépourvue d’humour: on y voit Maigret portant bottes et chapeau de cow-boy, le colt à la ceinture, mais heureusement avec sa pipe…

D’autres éditions choisissent de présenter un « décor d’Arizona », avec des images de ville ou de paysage, voiture de police, ou drive-in.

On trouve d’autres images qui évoquent le contexte de l’intrigue: un shérif, un tribunal, un train et des rails, une voiture dans le désert.

Certaines éditions choisissent de montrer un objet qui a un rapport avec le contexte de l’intrigue: cactus, étoile de shérif, menottes, juke-box.

D’autres éditions choisissent une illustration plus dramatique, avec le corps de Bessy sur la voie de chemin de fer.

L’édition norvégienne nous présente la scène avec Bessy et Ward dans le désert.

Enfin, mentionnons ces trois éditions, qui illustrent le thème du roman de façon originale: l’édition Presses de la Cité nous montre les croquis de l’accident tels qu’ils sont présentés dans le texte; une édition anglaise pose un décor de cactus, rails et désert sur fond de drapeau américain; une édition suédoise présente aussi un drapeau américain, devant lequel trône un personnage, à mi-chemin entre Maigret et le coroner, qui porte une cravate aux couleurs états-uniennes.