Sélectionner une page

Maigret et le voleur paresseux: un cadavre au Bois de Boulogne

Pour illustrer le titre de ce roman, publié en novembre 1961, on peut choisir de montrer un cambrioleur. C’est ce qu’on a fait pour une réédition aux Presses de la Cité, et pour une édition danoise.

Plusieurs éditions préfèrent présenter la découverte du corps d’Honoré Cuendet au Bois de Boulogne.

D’autres éditions présentent seulement un décor, qui suggère celui du Bois. A noter que pour être plus proche de l’intrigue du roman, il est plus judicieux de présenter des arbres sans feuillage, puisque l’action se déroule en hiver…

Certaines éditions choisissent de présenter un personnage de l’intrigue: Justine Cuendet ou Olga.

Enfin, mentionnons cette édition allemande, qui illustre joliment le terme « paresseux » du titre, avec ces pantoufles charentaises, telles que Maigret les découvre dans l’armoire de la chambre d’hôtel de Cuendet.

Maigret et les braves gens: le mort dans son fauteuil et le jeu d’échecs

Le titre de ce roman, publié en avril 1962, est évocateur surtout pour qui en connaît l’intrigue. Comme il est difficile de mettre en image de façon explicite des « braves gens », les illustrateurs ont choisi d’autres pistes: par exemple, présenter la découverte du corps de Josselin.

Certaines éditions choisissent d’évoquer d’autres scènes: la rencontre entre Mme Josselin et son frère, ou Josselin jouant aux échecs.

On retrouve le thème du jeu d’échecs dans uneréédition des Presses de la Cité, qui le lie habilement au thème du meurtre, ainsi que dans une édition danoise.

Maigret et le client du samedi: le peintre, sa femme et son amant, et le téléphone

Ce roman est publié en novembre 1962. C’est la connaissance de l’intrigue qui permet de choisir au mieux son illustration. Ainsi, plusieurs éditions font allusion au métier de Planchon: peintre en bâtiment.

D’autres éditions évoquent la découverte par Planchon de sa femme et son amant.

Certaines éditions illustrent le thème de Planchon téléphonant à Maigret.

Plusieurs éditions choisissent de présenter un décor, soit Montmartre, où se passe une bonne part de l’intrigue.

Enfin, mentionnons ces deux éditions pour leur façon originale d’imager un thème de l’intrigue: cette réédition aux Presses de la Cité, qui nous présente la petite Isabelle, et cette édition anglaise, qui illustre le thème du « samedi ».