Sélectionner une page

Maigret voyage: une baignoire et un avion

Il est plus facile d’illustrer le titre de ce roman, publié en mars 1958, si l’on en connaît un peu l’intrigue. Le voyage peut s’imager par un lieu, ou un moyen de transport. Les éditions vont donc choisir de présenter un des lieux où se rend Maigret (en l’occurrence la Côte d’Azur), ou l’avion qu’il prend pour y parvenir.

Une édition du Livre de Poche et une édition néerlandaise illustrent à leur manière le thème du voyage: casier des clés d’un hôtel, ou adresses d’hôtels des villes visitées.

Quelques éditions ont choisi de présenter un autre thème que le voyage: le monde de la « jet society » (symbolisé par un chapeau claque et des gants blancs), ou la scène de la découverte de Ward dans sa baignoire.

Notons enfin cette édition anglaise, qui illustrent deux thèmes: la richesse des millionnaires, et le penchant des protagonistes pour les boissons alcoolisées.

Les scrupules de Maigret: un petit train et du poison

Ce roman est publié en juin 1958. Le mot « scrupules » évoque un concept difficile à imager, il faut donc avoir recours à une connaissance de l’intrigue pour l’illustration. Plusieurs éditions choisissent un objet évocateur du contexte de l’intrigue, et facile à illustrer: le train électrique de Marton.

Un autre thème important de l’intrigue est le poison. On le retrouve évoqué par divers objets: le papier et le flacon contenant le phosphure, ou les tasses de tisane.

D’autres éditions illustrent la scène de la mort de Marton.

Enfin, mentionnons cette édition islandaise qui illustre de façon suggestive le thème du meurtre par le poison, et cette édition anglaise qui présente de façon originale le thème de l’équilibre-rivalité entre Marton et sa femme.

 

 

Maigret et les témoins récalcitrants: un mort sur les draps

Pour illustrer le titre de ce roman, publié en mars 1959, de façon parlante, mieux vaut connaître un tant soit peu son intrigue. Plusieurs éditions présentent la scène de la mort de Léonard Lachaume, ou celle de la découverte de son corps.

Certaines éditions choisissent de présenter d’autres thèmes: la pluie de novembre qui inonde l’incipit du roman, la péniche des mariniers témoins du meurtre, l’échelle du soi-disant cambrioleur, les biscuits Lachaume, la maison et l’usine des Lachaume, les draps marqués de l’initiale « P », la clef anglaise, le mur couvert de tessons de bouteille.

Enfin, mentionnons cette édition allemande, qui choisit de montrer Paulette et son amant.