Sélectionner une page

Un crime en Hollande: moulins, bicyclettes et bateaux

Ce roman est publié en juillet 1931. Avec ce titre, l’image du moulin s’impose d’elle-même. On verra donc, sur la couverture de l’édition originale, un moulin, accompagné comme il se doit de quelques bateaux, et, au dos, des maisons typiquement hollandaises. Trois des premières éditions reprendront la même illustration.

Le motif du moulin va être réemployé dans de nombreuses éditions.

Une autre façon d’illustrer la couverture est de planter le décor au bord d’un canal, et d’y ajouter éventuellement des bateaux, voire une silhouette à bicyclette.

Certaines illustrations privilégient d’autres éléments pour planter un décor « hollandais »: un phare, une femme vêtue d’un costume typique, des sabots, une bicyclette, ou même des tulipes.

D’autres éléments sont aussi utilisés, en tant qu’indices plus ou moins importants de l’intrigue: casquette de marin, baignoire des Popinga, lunettes du professeur Duclos.

Enfin, on peut aussi trouver des illustrations d’une scène du roman: meurtre de Popinga, rencontre entre Maigret et le Baes, rencontre entre Cornelius et Beetje.

Au rendez-vous des Terre-Neuvas: bateaux et femme à bord

Ce roman paraît en août 1931. Son titre assez énigmatique, qui est en fait le nom d’un café où se retrouvent les marins au retour d’une campagne de pêche, pousse les illustrateurs à mettre l’accent sur les derniers mots: « Terre-Neuvas », qui renvoient à la mer, et c’est donc un bateau qui sera le plus souvent représenté.

Dans l’édition originale, c’est bien un bateau qui est illustré, mais la mise en scène n’oublie pas de montrer le cadavre flottant dans le bassin, celui du capitaine Fallut agressé au retour du chalutier. L’illustration est reprise pour la première édition italienne.

Sur certaines illustrations, l’image du bateau est complétée par des personnages, comme dans cette édition norvégienne, qui dépeint magnifiquement le personnage d’Adèle, comme une sirène qui hanterait le bateau, ou cette édition lettone et cette édition anglaise, qui nous montrent Fallut et Adèle sur le pont du bateau, ou encore cette édition anglaise qui montrent les marins à l’œuvre.

Dans d’autres illustrations, le choix a porté sur une scène tirée du roman: la découverte par Le Clinche d’Adèle dans la cabine de Fallut.

On a parfois choisi de présenter un autre décor: par exemple, le café des marins, ou un phare.

Enfin, ce peut être un objet qui rappelle le contexte maritime: gréement, cordage, ancre, ou casquette de marin.