Sélectionner une page

De 1933 à 1946, Simenon écrit de nombreux romans, qu’il fait publier chez Gallimard. Celui-ci est bien sûr content d’avoir le romancier dans son écurie, mais il doit rêver, en bon éditeur, à de forts tirages. Et les « romans durs » de Simenon, s’ils atteignent des chiffres de vente honorables, ne rapportent pas autant qu’un bon Maigret

Durant l’automne 1936, Simenon est sollicité par le quotidien Paris-Soir, qui propose à ses lecteurs, dans l’édition dominicale, un concours: dans un premier numéro est proposée une énigme policière, dont la solution est donnée dans le numéro suivant. On demande à Simenon d’écrire la trame de ces nouvelles. Peut-être amusé par l’idée, et peut-être aussi par plaisir de retrouver son personnage, quoi qu’il en dise, Simenon accepte. Il écrit neuf nouvelles, dont huit paraîtront dans Paris-Soir-Dimanche. Puis, durant l’hiver 1937-1938, Simenon écrit une nouvelle série de dix nouvelles, qu’il donne à l’hebdomadaire Police-Film, puis Police-Roman, qui les publie en 1938-1939.

En décembre 1939, Simenon reprend Maigret, cette fois dans un roman, Les Caves du Majestic, qui sera suivi de cinq autres romans avec le personnage du commissaire. Les trois premiers (Les Caves du Majestic, La Maison du juge et Cécile est morte) sont réunis dans un recueil, intitulé symboliquement Maigret revient, qui paraît en octobre 1942. Contrairement à ce qu’on avait vu chez Fayard, les romans Maigret ont droit à une édition particulière, différente des autres romans. Si ces textes n’ont pas les honneurs des couvertures stylisées et classieuses de la NRF, ils ont tout de même droit à une belle couverture rouge dont le texte est fait de lettres dorées.

Dans la foulée, alors que 1943 a vu la parution de deux recueils de nouvelles policières rédigées en 1938, et qui connaissent la même couverture, faisant partie d’une série que l’on baptise « Les Simenon policiers », Gallimard fait paraître en janvier 1944 Signé Picpus, qui regroupe le roman du même nom, Félicie est là et L’Inspecteur Cadavre, ainsi que des nouvelles où n’apparaît pas le commissaire; puis, en mars de la même année sont publiées Les Nouvelles Enquêtes de Maigret, qui regroupent une grande part des nouvelles que Simenon avait données à Paris-Soir et à Police-Film/Police-Roman.

Les trois recueils de textes des enquêtes de Maigret connaissent une réédition collective, et il faudra attendre le début des années 2000 pour voir, d’une part une édition de quelques nouvelles en volumes séparés chez Omnibus, et d’autre part une édition pour chacun des six romans dans la collection Folio policier. Pour les traductions, par contre, des éditions particulières auront paru bien plus tôt.