Sélectionner une page

Maigret se défend: Maigret, la jeune fille et le préfet

Ce roman est publié en novembre 1964. Encore un titre dont le concept est difficile à traduire en image. C’est pourquoi on trouve relativement peu d’éditions dont l’illustration de la couverture puisse se rattacher peu ou prou à quelque chose de l’intrigue. Un thème assez fréquemment choisi est celui du personnage de Nicole Prieur, qu’on peut trouver en compagnie de Maigret, ou représentée seule.

Certaines éditions choisissent un autre personnage: le préfet de police, à qui Maigret doit venir « rendre des comptes ».

D’autres éditions présentent un objet qui évoque l’intrigue: le téléphone à l’aide duquel Nicole appelle Maigret à l’aide, ou le sceau de la préfecture.

La patience de Maigret: Aline et les bijoux

Ce roman est publié en novembre 1965. Ici, une fois de plus, il faut connaître l’intrigue pour pouvoir en faire une illustration parlante du titre. Un des thèmes le plus souvent choisi est celui des bijoux.

Certaines éditions proposent un autre objet: une montre ou une horloge, qui évoque le temps, le temps pris par Maigret pour résoudre son enquête avec patience…

D’autres éditions présentent le personnage de Palmari, dans sa chaise roulante ou lors de la découverte de son corps.

Cette édition anglaise lie joliment le thème de l’infirmité de Palmari et celui des bijoux.

D’autres éditions préfèrent présenter le personnage d’Aline.

Cette édition anglaise illustre la découverte du corps du vieux Claes.

Maigret et l’affaire Nahour: jeux de casino et Alfa Roméo

Pour illustrer le titre de ce roman, publié en décembre 1966, les éditions ont choisi diverses pistes; l’une est la mise en image du thème des jeux.

D’autres éditions choisissent le thème de la neige, qui enveloppe l’atmosphère du roman.

Certaines éditions préfèrent présenter un objet important de l’intrigue, comme la voiture de Vicente Alvaredo.

Certaines éditions choisissent de montrer un des personnages de l’intrigue, comme Evelina Nahour, dans une scène importante du roman: lorsqu’on lui tire dessus, lors de son arrivée chez le Dr Pardon, ou lorsque celui-ci la soigne.